Description du projet

physiopathologie

Résumé :

Les patients recevant une ventilation mécanique invasive prolongée en raison d’une pneumonie liée à SARS-CoV-2 semblent être plus à risque d’acquérir des infections (trachéobronchite ou pneumonie). Cependant, selon les rares données disponibles, l’incidence des infections acquises à l’hôpital semble très faible. Ce projet Européen (39 centres, dont 31 en France) inclut 1400 patients. Des perspectives en termes de prévention de la survenue de formes graves chez les patients à risque pourraient être envisagées, ainsi qu’une amélioration de la prise en charge des IAVM chez les patients infectés par SARS-CoV-2.

Objectif :

Déterminer l’impact de l’infection à SARS-CoV-2 sur l’incidence des IAVM, en comparaison aux patients ayant une infection grippale ou n’ayant pas d’infection virale, survenant au-delà de la 48ème heure de la ventilation mécanique jusqu’à l’extubation ou J28 post intubation.

Porteur du projet :

Saad NSEIR

Résultats :

Les résultats : Un patient sur 2 acquiert, après 48h sous ventilation mécanique invasive, une infection (de type pneumonie ou trachéobronchite). Soit 2 fois plus qu’un patient sans infection virale particulière !

Quelles en sont les raisons ?

Plusieurs pistes sont évoquées :

  • Les patients covid-19 sont sous ventilation mécanique plus longtemps
  • La détresse respiratoire liée au covid-19 s’avère plus aïgue
  • La dose et la durée des corticoïdes sont plus élevées
  • Des lésions spécifiques au covid-19

Pourquoi ces résultats sont-ils importants ? : Augmentation du risque de mortalité

Il faut donc être attentif aux signes précoces d’infections pour les traiter le plus précocement possibles. Renforcer les mesures préventives pour ainsi espérer améliorer le diagnostic vital des patients.

En savoir plus