Description du projet

diagnostic

Résumé :

Le projet vise à mettre au point un prototype de lecteur portable permettant de détecter d’infimes traces de l’ARN du virus Sars-Cov-2 en moins d’une heure. Savoir si le virus est présent dans l’air ou sur les surfaces d’une pièce est en effet une information primordiale pour les protocoles de décontamination.

Objectif :

Aujourd’hui, pour tester la présence du virus, les équipes prélèvent un échantillon et l’envoient à un laboratoire d’analyse. Celui-ci multiplie les séquences génétiques qui s’y trouvent afin d’identifier l’ARN du virus. Il a pour cela besoin de substances chimiques appelées réactifs, dont l’approvisionnement peut être sous tension, et d’appareils pour varier et régler précisément la température au cours du test. Pour toutes ces raisons, le résultat du test ne peut pas être communiqué sur place.

Le projet utilise une méthode complètement différente, qui permet de réaliser le test sur place. La séquence d’ARN est multipliée par deux techniques. L’une classique et bien établie, est l’amplification isotherme médiée par les boucles (LAMP). L’autre est une technique robuste, bien maîtrisée par le laboratoire, la programmation moléculaire. Cette discipline nouvelle s’inspire de la capacité des systèmes vivants à s’organiser à partir d’un grand nombre de réactions biochimiques menées en parallèle. Dans les deux cas, la détection n’utilise pas de réactifs mais un capteur très peu consommateur d’énergie. À terme, le projet prévoit de détecter aussi les protéines S, ces « pointes » avec lequel le virus entre dans les cellules, afin de déterminer si les traces détectées ont conservé leur capacité à infecter.

Porteur du projet :

Alexis VLANDAS